← retour à la galerie

Sciences du Design — 02 — Janvier 2016

La course à l’innovation

— Palmarès 2013–2014 des 50 pays les plus innovants et classement des principaux déposants de brevets d’application en design industriel entre 2007 et 2013 —

Composant une adaptation graphique originale du modèle « slopegraph » (01), cette infographie met en regard, d’un côté (à gauche), la liste des 50 États classés en tête de l’indice mondial de l’innovation « GII » (02) pour les années 2013–2014 et, de l’autre (à droite), le classement par pays des brevets d’application en design industriel déposés au cours des années 2007 et 2013. Par ce rapprochement (ici séquencé dans le temps), s’il ne s’agit pas de plaider pour une relation directe « de cause à effet », il pourra être réalisé certaines observations utiles découlant du rapport entre, d’une part, un volume de production (03) par État en design industriel appelant à la mise au point de procédés nouveaux, de solutions originales et, d’autre part, l’évolution de la position concurrentielle des États (indice multicritère d’innovation, de performance) — l’emphase étant mise tout à la fois sur les forces et les faiblesses des pays dès lors en compétition. Ce qu’il y a lieu, plus précisément, de remarquer au sein de cette infographie est la part de production provenant de l’activité des résidents des pays concernés en comparaison avec celle résultant de l’activité des non-résidents (04). Dès lors, pour exemple, on constate que la Chine, progressant de 6 places au classement « GII » (05) entre 2013 et 2014, totalise sur l’année 2013 plus de 659 563 dépôts de brevets, dont 644 398 dépôts « résidents » (soit 97,7 % du nombre total), quand l’Islande perd 6 places (06) la même année, totalisant 358 dépôts de brevets, dont 66 dépôts « résidents » (soit 18,4 % du nombre total) ; d’autres constats du même ordre peuvent être réalisés pour les États rivaux. Aussi, à considérer que le volume de production (ou d’activité) en design industriel (solutions et processus de production brevetés) d’un État n’a que peu d’impact sur l’accroissement de sa performance, plus largement de sa croissance propre (cela appellerait néanmoins vérification), il constitue très probablement l’un des indicateurs parmi les plus fiables pour juger de sa compétitivité et vitalité économique. C’est là l’hypothèse principale que nous formulons et soutenons au travers de cette infographie.

01. Décrit par Edward Tufte, professeur à l’Université Yale, disponible en ligne : http://goo.gl/Lo3bZS ; voir également Tufte (1983).
02. L’indice mondial de l’innovation ou Global innovation index (GII) produit par la World Intellectual Property Organization (WIPO), en ligne : https://goo.gl/yoItn2
03. Variable par définition.
04. Pour les tracés se subdivisant en deux branches, celle disparaissant en fondu / dégradé est établie en proportion du nombre des dépôts de brevets des non-résidents. L’autre, alors prolongée graphiquement, se voit relative au nombre de dépôts de brevets des résidents par pays.
05. Ce qui représente la plus importante progression du classement annuel (pour les 50 pays en tête de lice).
06. Ce qui constitue le plus fort recul du classement annuel (pour les 50 pays en tête de lice).

David Bihanic,
Designer et maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
email: david.bihanic@univ-paris1.fr
Site Internet: http://www.davidbihanic.com